Aller à la barre d’outils

Lecture Academy

Titre à voir – Besoin d'avis svp ! :)

Ce sujet a 13 réponses, 4 participants et a été mis à jour par Avatar de Dalia Dalia, Il y a 1 mois, 1 semaine.

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Articles
  • #314853 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Salut tout le monde ! J’ai commencé une histoire, et j’aurais besoin de votre aide pour l’amélioré, me dire s’il y a des fautes et trouver un titre. Donc voilà si ça vous intéresse, je poste le premier chapitre 😉 :

    Chapitre 1 :

    C’était ma rentrée de cinquième. Le ciel était dégagé, une bonne journée s’annonçait. Je sortis de mon lit pour aller me douché, lisant comme chaque matin la lettre de ma mère. Elle était décédée depuis bienôt 5 ans et elle me manquait comme personne. Elle m’avait écrit cette lettre pour l’âge de mes 10 ans, j’en avais 13. Voilà trois ans que je la lisais, re-lisais encore et encore.

    Chère Ayma,
    Je te souhaite un merveilleux anniversaire. Tu as du devenir une grande fille, belle et pleine de ressources et en ce moment là, je ferais tout pour être avec toi. Mais des choses horribles se passent, et crois-moi j’ai tout fait pour le contraire. Si tu lis cette lettre c’est que je n’ai pas totalement échouée.
    Je t’aime tellement ma belle, profite un maximum de cette journée et de toutes les autres à venir, pour moi. Trouve toi un copain, des amis, et n’oublie jamais que tu peux réussir tout ce que tu fais. Il suffit de travailler dur et d’y croire.
    Bon anniversaire, bonne vie, je t’aime.
    Ta maman.

    Avec un soupir, j’allais donc me doucher puis m’habiller avec un short taille haute et un débardeur un peu court. J’enfilais mes baskets New Balance, me fit une tresse sur le côté et partit prendre le petit déjeuner. J’étais en avance d’une quinzaine de minutes avant que le bus arrive.

    Je retournais dans ma chambre et me regardais une dernière fois dans la glace. J’étais plutôt jolie. J’avais les yeux bleu-vert très clair, une tête ronde, des cheveux noirs de jais et une peau mate. J’étais grande pour mon âge, 1m64, fine et avait de belles courbes.

    Je me mis une petite touche de mascara et de gloss, pris mon Eastpak bleu, dis au revoir à mon père à moitié réveillé et filait chez ma voisine qui était aussi ma meilleure amie. Je frappais deux coups, un coup puis quatre. C’était comme un code secret, depuis toute petitequand elle ou moi allait chez l’une et bien elle frappait ceci et on savait donc qui c’était.
    -J’arrive! cria-t-elle à mon attention.
    Je l’attendis une petite minute et la porte s’ouvrit sur elle, jolie comme à son habitude. Elle était métisse avec de grands yeux bruns et une longue chevelure soyeuse brune. Plutôt petite, elle adorait les belles coiffures et pour cette rentrée, avait optée pour une chignon tréssé.
    Elle me sauta dans les bras.
    -Coucou Hayley, ça va? demandais-je avec un grand sourire.
    Elle me refit face.
    -Super super, et toi?
    Sans attendre ma réponse elle continua à parler.
    -J’ai hâte de savoir dans quelle classe on est ! J’espère que le directeur ne s’est pas trompé et qu’il nous à bien mis ensemble, si non je te jure qu’il aura affaire à mes parents. Et purée, j’espère qu’on aura pas cette trainée de Tina, t’as vu comment elle s’habille? Elle n’a qu’à se mettre en sous-vêtements ce sera la même.
    -Hayley, la ferme si non je te jure que je vais te tuer ! m’exclamais-je en rigolant. Notre rentrée va bien se passer, tu ne seras pas dans la même classe que Tina et sa bande de guignole et on sera ensemble. J’y ajoute que tu trouveras Lucas à tes pieds et tout le reste des garçons ok? Cette anée sera pour nous deux merveilleuse.
    -Bonne prédiction, répondit-elle, t’es la meilleure ! Tu savais que toutes les autres que tu avais dis avant s’étaient bien réalisées?
    Je rigolais et nous avons marché jusqu’à l’arrêt de bus, en papotant.
    Quand le bus arriva, nous sommes allées à l’arrière comme toujours et avons revus nos amis et amies comme d’habitude. Tout allait bien.

    Signaler un abus
    #314949 //
    Avatar de misstic
    misstic
    Membre

    J’aime bcp ton début je trouvés ça vachement bien.😀😀 Le seul point noir que je vois c’est la lettre, le reste est plutôt bien écrit mais si j’étais toi je modifierais la 2e et 3e phrase de ce qu’a écrit la mère, je sais pas pourquoi mais il y a un truc qui gêne!
    Voilà! Sinon j’ai tout simplement hate de lire la suite!

    Signaler un abus
    #314952 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Merci et oki. Je vais essayer de modifier. 😀

    Signaler un abus
    #315195 //
    Avatar de Jeanne
    Jeanne
    Membre

    Moi j’ai trouvé ça vraiment bien, faudrait juste savoir pourquoi elle est morte la mère peut être ?

    Ensuite, pour donner un titre, il faut savoir de quoi parle l’histoire, qu’est ce qui va se passer, donc sur ce point on peut pas t’aider vu qu’on ne sait pas

    Signaler un abus
    #315196 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Merci et pour la mère ce sera verre la fin ou en tous cas pas tout de suite.

    Signaler un abus
    #315238 //
    Avatar de Jeanne
    Jeanne
    Membre

    Bon, bah bonne chance pour ton histoire !!

    Signaler un abus
    #315248 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Merci! :)

    Signaler un abus
    #316197 //
    Avatar de Awena
    Awena
    Membre

    J’aime beaucoup 💕 À quand la suite?

    Signaler un abus
    #316219 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Merci et bientôt, je suis entrain d’écrire deux histoires du coup voilà.

    Signaler un abus
    #319132 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Chapitre 1 (suite) :

    La matinée se passa sans encombres. J’étais dans la même classe que Hailey, quand on l’a su on aurait dis deux folles qui sautaient partout tel des hystériques. Comme depuis la 6ème, on nous expliqua le règlement, nous donna une tonne de papiers, l’emploi du temps. Pendant toute la matinée, on resta donc avec notre professeur principal, Mr. Lancourt. l était prof de français. Franchement, c’était l’ennui on se serait cru en histoire.
    A midi, on se rua au self après avoir déposé nos sacs dans nos nouveaux casier (je le partageais avec Hailey).
    Comme depuis deux ans, le menu de la rentrée était steack-frites. Aucune originalité. Je m’assis avec toute la bande dans une table à huit, on pouvait pas faire mieux. On passa environ une demie-heure à manger puis à l’heure qui restait on se dirigea vers un banc et on parla, rigola, se raconta nos vacances.
    Dans l’après – midi, il y avait normalement trois heures de cours mais nous finissions deux heures avant tous les vendredis. Donc la première heure on eut cours de musique puis au lieu d’aller en étude on sortit dehors. Il faisait chaud, le ciel était bleu, c’était parfait. On alla s’acheter des boissons, des bonbons puis on alla au stad, l’espace où on faisait du sport tel que le rugby, le football. Je m’allongeais sur l’herbe avec ma voisine. D’autres filles arrivèrent, des mecs aussi. On passa un super aprèm. A l-heure venue, on se dit « au revoir » et « bon week-end », et chacun se dirigea vers son bus.
    Comme d’habitude, je me mis au fond avec Hailey, les petits sixièmes étaient devant comme s’ils avaient peur de nous. Il n’y avait pas beaucoup de monde ce soir-là.
    Le temps commençait à devenir orageaux, c’était étrange. Au bout d’un quart d’heure la pluie commença à tomber. Ca ne nous empêcha pas de discuter joyeusement. Puis un quart d’heure plus tard, la pluie tappait vraiment fort, le bus avait ralenti. On commençait à entendre le tonerre.
    Il restait une heure avant d’arriver chez moi. Hailey commençait à être plutôt inquiète. Chaque seconde qui passait le temps était plus horrible qu’avant. Puis un éclair traversa le ciel, il était tout près. Le bus dérapa dans un virage, m’arrachant un cri. Je commençais moi aussi à avoir un peu peur. Puis un éclair tomba, sur notre bus cette fois. Ce dernier prit immédiatement feu. Hailey commençait à avoir les larmes aux yeux et moi j’ai hurlé.
    Le bus prenait feu rapidement, on prit chacune un marteau pour casser les vitres. J’avais de la force pour une fois, sûrement l’adrénaline. Je commençais à pleurer réellement tout comme ma voisine. La vitre de Hailey se cassa, sans réléchir on sauta et on attérit par terre sur les fesses. On pleurait réellement, on avait peur. On avait échapper de justesse aux flammes mais on n’avait pas pris notre sac. C’était pas grave. Ce qui comptait c’est de savoir si les autres allaient bien. Le conducteur était dehors. Une larme coulait sur sa joue, il regardai à « l’interieur » du bus qui n’existait plus vraiment. Les sixièmes étaient dedans. Ils brûlaient vifs. Ils hurlaient « au secours ». Nous on ne pouvait plus rien pour eux.
    -Mon dieu…marmonais-je.
    C’était le pire spectacle que je n’ai jamais vu. Hailey composa directement le numéro des pompiers, elle était carrément boulversée.
    -Je suis désolé les enfants! criai le conducteur.
    Puis il se tourna vers moi et Hailey. Je remarquais que ces cheveux étaient un peu cramé. Juste le bout.
    -Je vous jure, je voulais les aider…mais fallait que je sorte!
    Il éclata en sanglot, tout comme moi avant lui. Hailey parlait au pompier d’une voix tremblante. Elle termina son appel.
    -Ils arrivent bientôt…
    Puis elles s’éffondra dans mes bras. On entendit bientôt plus que les pleurs, la pluie, le feu, les cris des enfants s’étaient éteints. Le conducteur s’appuya sur un banc. Il regarda aux alentours. Je suivis son regard. On était sur un petit chemin, il y avait un panneau qui indiquait le nom d’un village ou d’une ville. Ici il n’y avait que des champs et des vignes. Au loin on voyait des montagnes, mais c’était dur à cause de la pluie. Il faisait froid, je détachais mes cheveux pour essayer d’avoir un peu plus de châleur.
    Une demie-heure après, un camion de pomier et un camion du samu arrivèrent. Il n’y avait plus de bus, seulement des cendres. Je n’osais regarder plus près.
    Je pleurais encore, le spectacle de tout à l’heure encore gravé dans ma mémoire.
    Les pomiers éteinrent directement le feu, il n’en restait plus beaucoup. J’appellais mon père, je lui dis seulement de venir nous récupérer au village car on avait eu un accident, qu’on s’avançait.
    Je remarquais que je m’étais bléssée à la cuisse en sautant, tout comme Hailey. On commença à marcher après que le samu s’étzit assuré que nous allions biens et qu’ils étaient sûrs que quelqu’un viendrait pour nous. Le conducteur nous dit qu’il préférait appeller sa femme mais qu’il nous accompagnait quand même.
    On marcha pendant une bonne demie heure pour arriver au milieu du village. Le chauffeur trouva sa femme. Hailey et moi durent continuer seules. Une quinzaine de minutes plus tard, mon père déboula dans sa voiture tel une furie. Il se jjeta directement sur moi, me pris dans ses bras puis fit pareil après pour mon amie. On monta dans la voiture, on réprimait à grande peine nos pleurs. Mon père était inquiet, il nous posait un milion de questions. On lui répondait tant bien que mal.
    Quand on arriva chez nous, Hailey rentra chez elle sans un au revoir, seulement un sourire pire que faux. J’étais comme elle, comme traumatisée. A la maison, je déboulais dans ma chambre et m’effondrai sur mon lit. Il y avait un bout de papier dessus.
    Je lus ce qui était écris : « La partie commence ».

    Signaler un abus
    #319168 //
    Avatar de misstic
    misstic
    Membre

    Ok… c’est tendu ton histoire j’étais vraiment vraiment pas prête !!! Non sans rire c’est cool et on a envi de savoir la suite

    Ne plus signaler
    #319171 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    D accord mdrr merci.

    Signaler un abus
    #321858 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Chapitre 2 :

    Le lendemain de l’incident, je me réveillai de mauvais rêves hantés par ces enfants brûlés vifs à 8h00. Je me sentais tellement coupable de m’en être sortie vivante et pas eux ! Et les voir mourir sous mes yeux, impuissante, ç’a avait été le pire.
    Je n’avais pas beaucoup dormi, me réveillant entre chaque cauchemar, alors quand je me rendis devant le miroir j’avais une tête à faire peur. Mais les larmes me remontèrent aux yeux et je m’effondrais pour la deuxième fois dans mon lit, en sanglots.
    15 minutes étaient passées quand je m’étais à peu près calmée. J’essayais de remplacer mes pensées par d’autres plus positives mais c’était impossible.
    Je ne pleurai plus, j’avais vidé toutes les larmes de mon corps et maintenant j’étais…différente. J’avais l’impression de m’être refroidie.
    Cet accident m’avait changé à jamais.
    J’allais sous la douche, ce qui me fit le plus grand bien et fis ce que je faisais toujours quand j’étais triste. Je me roulai en boule dans une couverture malgré que j’avais chaud, montais sur la bordure intérieur de la fenêtre de ma chambre et m’assis. Je regardai la rue qui était parfaitement ensoleillée. Comme si ce qui s’était passé hier ne s’était pas passé ! Ca me mis en colère.
    Je jetais un oeuil vers la maison de Hailey. Je l’apperçu par la fenêtre alors qu’elle me faisait de grands gestes de sa fenêtre à elle. Elle mima quelqu’un qui s’habillait, descendait et pointa la rue du doigt. Je fis un signe de mon pouce pour lui assurer que j’avais compris. Je levai ensuite tous les doigts de ma main droite pour lui montrer que je serais là dans cinq minutes. Elle hocha la tête et je me ruait dans la salle de bain pour me sécher les cheveux. Je montai ensuite en courant dans ma chambre, mis un jean simple et un débardeur. J’enfilais des chaussures confortables, m’attachais les cheveux en queue-de-cheval et descendit les escaliers. Je sortis dehors et courru me jeter dans les bras de ma meilleure amie. J’avais l’impression que ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu car elle me manquait. Terriblement.
    On s’assit sur un banc en silence et on admira la vue. Au bout d’un moment, Hailey prit la parole.
    -Je vais pas m’en remettre Ayma. Jamais. C’est comme si une partie de moi était morte avec…eux.
    Elle renifla, je sentais qu’elle retenait péniblement des larmes. Je passais un bras autour de ses épaules.
    -Non tu te trompes. Nous deux, on s’en est tirée. On doit faire un choix égoiste, c’est vrai, mais c’est ce que qu’on doit faire : oublier. Vivre comme d’habitude. Et le souvenir va s’éloigner, j’en suis sûre.
    -Mais je peux pas oublier! On aurait pu les sauver si on s’était dépêché! C’est pas juste qu’eux crèvent et que nous non, dit Hailey.
    Sa voix se brisa à la fin de sa phrase. Une larme coula sur sa joue.
    -Tu voulais crever? demandais-je froidement.
    Elle se tu. Comme si elle réflechissait.
    -Non. Bien sûr que non. J’aurais juste voulu qu’ils restent.
    -Ouais, mais les gens ils meurent tous les jours, ces petits seraient morts quand même. Ils ont pas eu beaucoup de vie, oui mais ils ont été heureux.
    Elle soupira.
    -Je vais rentrer chez moi, mais ce midi je pourrais manger chez toi?
    -Pas de soucis l’amie!
    Elle eut un début de sourire ce qui relevait du miracle. Je la raccompagnais devant chez elle.
    -Ca va passer, marmona-t-elle en rentrant comme si elle essayait de s’en convaincre elle-même.
    Moi je restais un peu dehors à trainer dans la rue. Le soleil brillait toujours, la chaleur était écrasante alors qu’il n’était que 8h30. J’en voulais vraiment au soleil d’être aussi beau après l’accident.
    Je décidai de courir un peu, dans le genre footing du matin. Je courru une bonne demie-heure sans m’arrêter jusqu’à ce que, arrivé à un coin de rue, une voiture fonça et fu à la limite de m’écraser. Je m’arrêtais d’un coup. Comme la voiture, ou plutôt la conductrice.
    Elle se gara en vitesse et courru vers moi.
    -Je suis désolée, tu vas bien? me demanda-t-elle.
    Elle avait de la classe, avec ses sandales brunes à talons, son jean taille haute, sa chemise manches courtes et son maquillage parfait. Ses cheveux étaient attachés en une queue de cheval qui lui arrivait à la poitrine, ils étaient bouclés et noirs. Sa peau était mate comme la mienne. Je trouvais qu’on se ressemblait un peu. Mais elle était surtout très belle.
    -Oui ça va, merci, dis-je en souriant à moitié.
    Elle s’arrêta devant moi, sa ressemblance à moi me troublait.
    -Désolée encore une fois, mais je suis vraiment préssée…eum…
    Elle réfléchit puis reprit parole sous mon regard interrogatif.
    -Tiens prends ça, dit-elle en me donnant un post-it. Elle fouilla dans sa pochette de cuir et y trouva un stylo. Elle nota une adresse.
    -C’est mon adresse, pour me faire pardonner tu vas venir prendre le thé cet après-midi chez moi. Ne t’inquiètes pas, il n’y aura que moi et mes enfants. Bon, c’est pas tout mais je dois y aller ! Je compte sur toi.
    Elle me fit un signe de la main tout en repartant vers sa voiture.
    D’accord, elle était peu commune. Pour se faire pardonner m’emmener chez elle? Au pire, si j’emmenais Hailey ça pourrait lui remonter un peu le moral.
    Je regardai l’adresse : la maison était dans le village, à 2 minutes d’ici. Pas de soucis !
    Je repris ma course mais en rentrant chez moi cette fois-ci.
    En revenant chez moi, il était 9h30. Esperons que mon père n’était pas révéillé ou que du moins, il n’avait pas remarqué mon absence. J’ouvris doucement la porte, papa était sur le canapé, il regardait une reddifusion d’un match de football. J’enelvais mes chaussures très délicatement et marchai à pas de loup dans le salon, puis montais les escaliers pour arriver à ma chambre sans bruits. J’ouvris la porte, un papier y était glissé.
    « Dans deux jours c’est le grand jour ». D’un coup je me souvins du premier mot : « La partie commence ». Qui déposait ces mots? Mon père ne ferait jamais ça et personne d’autres ne pouvait aller ici. Bizarre. J’étais un peu inquiète mais ça devait être juste des conneries, rien de grave.
    J’enlevais mes chaussures que je remplaçais par des tongs et descendis les escaliers.
    -Coucou papa, dis-je sans grand enthousiasthme.
    -Ah, chérie, ça va? Je ne voulais pas te déranger, après…enfin voilà. Bien dormi? dit-il en se levant d’un bon et en me prenant dans ses bras.
    Le sourire qu’il me fit me parut faux.
    -Ca va, ça va. Je crois.
    Il me serra fort puis ôta son étreinte.
    -Tu veux un petit dejeuner?
    -Euh non, j’ai pas faim…
    Mensonge ! J’avais l’impression que mon ventre se creusait. Mais je n’allais pas le déranger pour ça.
    -Oui j’ai faim mais je vais me préparer mon p’tit déj toute seule, laisse.
    Il hocha la tête.
    -Papa, je pourrais sortir aller chez une amie cet aprèm?
    Il se plongea dans une minute de réfléxion puis consentit à me répondre.
    -Si ça te fait du bien, oui. Mais ne rentre pas tard.
    -Super, c’est gentil. Et Hailey m’a demandé si elle pouvait manger à la maison ce midi?
    Il soupira.
    -Aller, c’est d’accord.
    -Merci!
    Je me dirigeai prendre un jus d’orange et un cookie dans la cuisine puis après les avoir finis, je montais pour la énième fois dans ma chambre.
    J’attendis midi en nettoyant et rengeant la maison avec l’aide de mon père puis en lisant. Mais l’accident ne quittait pas mes pensées, ni les mots. Heureusement, l’invitation de la femme non plus. Puis, peut-être que ses enfants avaient mon âge . Hailey serait contente de se changer les idées.

    Signaler un abus
    #322792 //
    Avatar de Dalia
    Dalia
    Membre

    Coucou! Vous allez bien? Ce message pour dire que je vais refaire la syntax de toute l’histoire car j’ai relu, ma soeur m’a relu et on a découvert que c’était vraiment mal écrit xD Donc voilà, si quelqu’un lis encore, ce message est pour lui 😉

    Signaler un abus
14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.